Tablettes en entreprise. C’est pour demain ?


Tablette aide à la vente

Alors que la marque à la pomme vient de perdre le charismatique créateur de l’iPad, Steve Jobs ; certaines entreprises voient la tablette comme un nouvel outil pour équiper leur personnel. Utilisée à 95% par le grand public, ce sont les collaborateurs eux-même qui poussent leur usage : le Top Management en tête. C’est un exemple de ce qu’on l’on appelle le consumérisation de l’IT (ou BYOD : Bring Your Own Device).

Quels sont les premiers retours des précurseurs dans ce domaine ? Quels sont les secteurs qui se lancent ? Quelles précautions prendre pour accompagner ce boom de la mobilité ?

Selon Gartner, les tablettes bénéficieraient d’excellentes conditions pour pénétrer le marché professionnel. Tentons de lister les usages possibles en entreprise :

Au bureau, les tablettes peuvent aisément remplacer un PC dans les tâches les plus courantes : Agenda, e-mails, prise de notes, consultation de rapports et données métier, diaporama…

Dans les locaux de l’entreprise, la disponibilité immédiate des différentes applications (un simple appui sur un bouton suffit), la connectivité, ou encore l’autonomie en font un outil très mobile et agile.

La saisie d’un e-mail sur une tablette devient plus aisée que sur un smartphone. Cependant, le clavier a la peau dure (héritier de la machine à écrire qui fêtera bientôt ces 300 ans), il reste le moyen le plus efficace pour saisir un texte. Apple a anticipé cela en proposant des docks avec clavier et claviers sans fil sur son store.

En déplacement professionnel, cette légèreté et longévité deviennent des atouts pour les missions d’audit par exemple. Là où la tablette (aujourd’hui encore on parle surtout d’iPad) fait une véritable percée c’est dans le domaine commercial. En effet, cette activité est caractérisée par une forte mobilité, toute une série de catalogues de produits (ou services) et de présentations à dérouler. La tablette répond parfaitement à ces spécificités en emportant dans sa mémoire interne l’ensemble de l’offre de sa société, le tout présentable de manière interactive et agrémenté de photos, schémas et vidéos. De plus, le format de la tablette et son interface tactile rendent l’objet plus convivial. On se le passe de la main à la main en navigant, zoomant, manipulant. Cet outil d’aide à la vente devient un véritable atout pour conclure une affaire, créant ainsi une adhérence au produit commercialisé et une proximité avec le client.

En termes de sécurité, on sait qu’il est possible d’encrypter les données d’un iPad et de mettre en place un code de verrouillage respectant les politiques de restriction en vigueur dans l’entreprise (délais d’expiration et complexité du mot de passe). Mais cela est-il suffisant ? La marque à la pomme conscient du marché qui s’ouvre à elle dans les entreprises, redouble d’efforts afin de rassurer les plus frileux.

Depuis l’iPhone 3GS, Apple a mis en place un chiffrement matériel des données. Ces dernières sont lisibles grâce à une clé de chiffrement. En cas de perte ou de vol, il est possible de le localiser et d’effacer cette clé à distance grâce à un outil de gestion de flotte. Quid de la récupération des données entre la déclaration du vol et son effacement ? Une possibilité supplémentaire est offerte aux développeurs d’implémenter une surcouche de chiffrement.

La connexion à l’entreprise peut se faire par un accès de type VPN (Réseaux privés virtuels) apportant confidentialité et protection des échanges.

L’une des solutions est de recourir au Cloud. En effet les données se trouvent dans le nuage,  cela limite la présence d’informations sensibles embarquées dans le terminal. En revanche une connexion permanente à Internet est nécessaire. (WiFi, 3G/4G).

L’iOS apporte également un cloisonnement des données entre les applications (appelé Sandboxing),  à voir si cette sécurité résiste aux applications non signées et au Jailbreak.

Les DSI, garants de la sécurité de leur réseau, restent frileux à la connexion de terminaux personnels. Avec la montée en puissance des smartphones, c’est toute la stratégie de sécurité qu’il faut revoir.

Tablet for Business

Quelques exemples de sociétés ayant adopté les tablettes :

Mercedes comme outil d’aide à la vente

Les compagnies aériennes comme American Airlines et Singapore Airlines pour l’aide au pilotage et la classe affaires

La Société Générale pour accueillir ses clients

L’assureur AXA pour la force de vente itinérante

Dans l’éducation, les tablettes font aussi leur entrée, ce secteur s’équipant plus rapidement que la moyenne. Dans le département de la Corrèze, le conseil général a fait le choix depuis 2008 d’équiper ses élèves d’un ordinateur portable. L’opération « Ordicollège » a pour but de favoriser l’apprentissage des élèves en difficulté tout en réduisant la fracture numérique. Depuis décembre 2010 les PC sont peu à peu remplacés par des iPad. La tablette d’Apple a été retenue car elle est fine est légère, tout en embarquant dans sa mémoire toute une collection de manuels scolaires et d’ouvrages de littérature classique. Ajouté à cela une cinquantaine d’apps couplées à un système de partage de documents.

 

Usage des Tablettes

Google Survey

A ce jour, on constate que les tablettes sont plus fréquemment utilisées dans un cadre personnel et ludique. Le renforcement de la sécurité, le lancement d’applications professionnelles compatibles ainsi que l’intégration avec le système d’informations en place, devraient favoriser l’usage en entreprise.

Une étude  du magazine Forbes indique que 80% des entreprises américaines envisagent de s’équiper en tablette. A court terme, la tablette tactile ne semble pas prête pour détrôner le PC, les entreprises continuent de renouveler leur parc informatique en ordinateurs portables. La maîtrise du PC par les directions informatiques, tant sur le système d’exploitation (Principalement Windows et Linux), la sécurité, que sur les applications déjà en place, rend la tablette moins séduisante.

Cependant, les éditeurs annoncent tour à tour leur compatibilité, Appstore en tête ! Ainsi les ERP, outils de la relation client et d’aide à la décision ont une déclinaison tablette : Office, SAP, Business Objects, SalesForce… Apple leur réserve une place de choix dans le tout nouveau  Appstore for Business. Les membres des comités de direction des grandes entreprises, souvent détenteurs de tablette à usage personnel, commencent à réclamer une visualisation des tableaux de bord sur celles-ci. Le SI doit maintenant fournir la bonne information, à la bonne personne, au bon moment et sur le bon canal…

Jean-Baptiste ARTIGNAN

© Frank Gärtner – Fotolia.com

One Response to Tablettes en entreprise. C’est pour demain ?


  1. Hello,

    Je trouve l’article d’autant plus d’actualités que je suis personnellement confronté à cette problématique. En effet, j’ai lancé depuis peu un application iPad Beesy pour la prise de notes en réunion, compte rendu et suivi automatique de la TODO…

    Il est certain que nous répondons à un réel besoin pour les professionnelles mais le vrai sujet est comment le généraliser en entreprise…?

    Je pense que les tablettes au global (iPad en priorité) vont bouleverser la façon de travailler, reste à démontrer qu’il y a les outils pour cela !

    @+

    Christopher Mesquita
    BeesApps
    http://www.beesapps.fr/note-ipad-beesy/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>